Arrivée palpitante de la transat en double

Publié le par Cercle de la voile de Villars-Burquin

Après des jours de navigation les trois unités du CVVB touchent au but. L'arrivée se fait en rapport inverse de l'expérience, du moins de l'âge.

L'audace et le flair d'Iris lui vaut de terminer non loin de ce top 1000 qu'elle a fréquenté tout au long de la course, jusqu'à avoir pointé à un très remarquable 370e rang juste derrière la meute des regatiers bretons de tout poil.
Split, longtemps distancé, a su revenir brillamment sur ses compagnons d'équipée en exploitant une option sud qui l'a desservi à un point tel que tout autre que lui eût douté et se fût redirigé vers le nord. Mais l'alizé, jusque là atypiquement méridional et faiblard, s'est amplifié, a regagné ses erres habituelles et l'a happé pour le propulser vers la rade de Saint-Barthélémy.
Il est chargé, avec Iris, de tester les cocktails au bar de la Petite marine en vue du large et de prodiguer ses conseils à Etoiledumat qui profite bien malgré lui, quelques heures encore, de la douceur tropicale en attendant que les vents se souviennent de lui.
Tous trois ont vu payer l'option sud et émerger des lointains Hurricane et ses comparses, audacieux partisans de l'extrême sud, absents des cartes de situations tandis que la tête de course suivaient la layline de plus ou moins près, et soudain déferlant par des vents arrières de 15-20 noeuds pour bousculer toute la hiérarchie et remporter la course.
Iris et Split engrangent des expériences qu'ils ne manqueront pas de mettre à profit prochainement. Par radion BLU, Etoiledumat nous a déclaré quent à lui: "Après celle-là, j'arrête !" Mais on sait à quelle profondeur la passion de la voile s'enracine... et on n'ignore pas l'effet des planteurs sur le coeur des marins !

Publié dans Régates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article